Les Palestiniens revendiquent le Kotel !

Les dirigeants palestiniens ne se contentent pas de réclamer le quartier Est de Jérusalem, pour en faire la capitale de leur « Etat », et de dénoncer toute construction juive dans cette partie de la ville. Dans un document officiel qu’ils viennent de publier, indique le Jerusalem Post en anglais, ils affirment que le Kotel, Mur occidental, « n’appartient pas à Israël mais à une famille musulmane maroco-algérienne qui en a confié la gestion au Waqf ». Cette « étude », rédigée par un ancien membre officiel de l’AP, Al Mutawakel Taha, a été remise au responsable palestinien de l’éducation pour qu’il la diffuse. Son objectif est clair : les Palestiniens cherchent ainsi à réfuter les arguments des Israéliens qui revendiquent, à juste titre, la propriété du Kotel, l’un des lieux les plus saints du peuple juif. Dans son texte, l’auteur ose même affirmer que « le Mur occidental appartient aux Musulmans et fait partie intégrante de la Mosquée el Aqsa et du « noble sanctuaire ». Ces affirmations n’ont rien de surprenant lorsqu’on sait que les Palestiniens ont toujours prétendu qu’Israël n’avait aucun droit sur le site, que le Mont du Temple ne s’était jamais trouvé à cet endroit et qu’aucune pierre de ce mur ne datait de l’époque du Roi Salomon. Poursuivant ses provocations, Taha, poète et écrivain, a écrit également : « L’occupant sioniste clame que ce mur, qu’il appelle Kotel ou mur occidental, lui appartient mais c’est faux et injuste. Le Mur Al-Buraq est en fait le mur occidental de la mosquée d’Al-Aqsa ». Mais il n’arrête pas là ses mensonges, affirmant que « les Juifs n’ont jamais utilisé le site jusqu’à la déclaration Balfour en 1917 » et que ce n’est que grâce à la tolérance des Musulmans qu’ils ont pu y prier et se lamenter sur sa destruction ». “Pendant le mandat britannique, ajoute-t-il, le nombre des Juifs qui ont visité le mur a nettement augmenté, à tel point que les Musulmans se sont sentis menacés et c’est ce qui a conduit à la révolution d’Al-Buraq, le 23 août 1929, au cours de laquelle des douzaines d’entre eux ont été « martyrisés » et un grand nombre de Juifs ont été tués ». L’auteur fait sans doute allusion … au terrible massacre de Hébron, au cours duquel 67 Juifs ont été sauvagement assassinés par leurs voisins arabes et des dizaines d’autres blessés. Prétendant encore que d’après des experts juifs, il n’y aurait aucun vestige archéologique attestant que le Temple (Bet Hamikdash) a été construit pendant le règne du roi Salomon, il soutient une nouvelle fois que « le mur al-Buraq est musulman et qu’il fait partie des mosquées al Aqsa et Haral Al-Sharif ». En conclusion, le document adresse une mise en garde, en disant « qu’aucun arabe ou musulman n’a le droit de renoncer à une seule pierre du mur d’Al-Buraq ou d’autres sites religieux ». Une étude édifiante pour les petits écoliers palestiniens.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.