La lente disparition des chrétiens au Moyen-Orient ““ pas partout

On en parle depuis les attentats terroristes meurtriers perpétrés contre les églises à Bagdad. Les journaux enfin se penchent sur un phénomène douloureux, mais qui pourtant ne date pas d’hier. C’est vrai, les chiffres le confirment, les populations chrétiennes au Moyen Orient ne cessent de diminuer partout. Partout, à l’exception d’Israel, où le nombre de chrétiens n’a cessé de croitre ces dernières décennies. Il y avait un peu plus de 34000 chrétiens en Israël après la création de l’état en 1948. A l’époque, ces populations chrétiennes, en grande majorité arabes chrétiens avec une petite minorité de chrétiens d’origine arménienne, étaient concentrées à Jérusalem, Haïfa et dans la région de la Galilée, au nord du pays. En 2010, la population chrétienne d’Israël atteint près de 200.000 personnes. Les chrétiens arabes restent majoritaires, auquel s’est associée, depuis le début des années 90, une population chrétienne russophone importante. La liberté de culte, la liberté d’expression et de transmission n’existent pleinement au Moyen- Orient qu’en Israël. C’est hélas le seul pays de la région où les chrétiens ne sont pas menacés ou discriminées. Le seul pays de la region où la pratique de leur foi n’est pas entravée. Il en va de même pour d’autres minorités religieuses, à l’instar des Bahaï, chasés d’Iran et ayant trouvé refuge en Israël, où ils ont été non seulement accueillis, mais leur temple, construit sur les auteurs de la ville de Haïfa, est devenu l’un des emblèmes de la ville.

Lire l’article complet sur yarongamburg.blogspot.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.