Le Secrétaire général de l’OCDE : « Aujourd’hui Israël fait un meilleur travail que tous nos autres membres »

Le Secrétaire général de l’OCDE Angel Gurria avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors de la réunion du Cabinet. (Photo : Reuters) Le Secrétaire général de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), M. Angel Gurria, était en Israël pour une visite officielle en tant qu’invité du Premier ministre Benjamin Netanyahu du 20 au 22 novembre. Ce fut sa troisième visite depuis que l’OCDE avait annoncé, en mai 2007, qu’Israël rejoindrait ses rangs. Le thème de la visite fut la maximisation des avantages de l’adhésion d’Israël à l’OCDE. Lors de sa visite, M. Gurría a rencontré le Président Shimon Peres, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, le ministre des Finance de l’Industrie et du Commerce, Yuval Steinitz, le ministre du Travail, Benjamin Ben-Eliezer, et le gouverneur de la Banque d’Israël Stanley Fischer. Il a assisté à la réunion du Cabinet le dimanche 21 novembre, durant laquelle les ministres ont eu l’occasion de faire le rapport d’activités de leurs ministères respectifs vis-à-vis de l’OCDE et mettre en œuvre des recommandations figurant dans le dernier rapport de l’organisation. Le Secrétaire Général Gurria a participé à une réunion d’industriels organisée par Shraga Brosh, président de la Fédération des organisations économiques israéliennes, et à une table ronde sur les questions économiques mondiales organisées par le gouverneur Fischer de la Banque centrale d’Israël, au Centre interdisciplinaire d’Herzliya. En outre, M. Gurria a reçu un grade honorifique de l’Université. D’autre part il a été celui qui a ouvert un séminaire sur la maximisation des avantages de l’adhésion d’Israël à l’OCDE. Ce séminaire de deux jours s’est ouvert à Ma’ale Hahamisha le 22 novembre. Le Premier ministre Netanyahu lors de la réunion de Cabinet a déclaré (21 Novembre): « Nous souhaitons la bienvenue aujourd’hui à notre réunion du Cabinet, à notre ami Angel Gurria, Secrétaire général de l’OCDE. Israël a récemment adhéré à l’OCDE. Nous avons dit que nous honorerions nos engagements et l’un d’eux est de vous inviter à notre réunion du Cabinet. Nous apprécions beaucoup tous les efforts que vous avez fournis. En fait, notre acceptation à l’OCDE a été le produit de nombreuses réformes difficiles en Israël effectuées au cours des années, mais même cela n’aurait pas été suffisant sans vos efforts, Angel. Alors nous vous en sommes profondément reconnaissants et je suis très heureux de vous accueillir au nom de mes collègues du Cabinet à la présente délibération à Jérusalem et je suis impatient d’entendre vos diverses idées que vous avez parce que nous pouvons apprendre beaucoup de l’OCDE. Notre acceptation à l’OCED a été subordonnée à de nombreuses réformes que nous avions besoin d’adopter, des réformes qui seraient ouvertes aux importations d’Israël et à la libre monnaie, les réformes concernant les restrictions budgétaires et la réduction des impôts, les réformes du marché du capital, les réformes des retraites, les réformes de pensions alimentaires, et la privatisation. Toutes ont été soumises à des débats passionnés, sans aucun accord. Il n’a pas été facile de les adopter. Après en avoir mené certaines, je peux dire: cela a été très difficile et maintenant nous avons reçu une approbation puisque nous avons été admis dans cette organisation qui gère les économies les plus avancées au monde. Il s’agit d’une indication de ce que nous avons obtenu jusqu’à maintenant, mais ne remplace en rien ce qui nous attend. Notre pays dépend des marchés d’exportation. L’économie israélienne obtient les meilleurs résultats par rapport à la plupart des économies avancées du monde. Par conséquent, si l’on compte seulement sur les exportations, nous serons incapables de continuer à progresser au même rythme qu’à celui auquel nous sommes habitués. Nous devons donc développer les moteurs de la croissance qui ne dépendent pas des marchés mondiaux. Il y a un moteur de cette croissance ” la construction et les marchés de l’immobilier en Israël. Des couples de jeunes gens se marient et ont des enfants et, naturellement, ils veulent des appartements, des maisons des centres et des écoles. Tout cela est lié à la construction et il s’agit
d’un moteur de la croissance en soi. Nous menons une série de réformes et d’autres changements que nous devons adopter. Aujourd’hui, je soumets au Cabinet l’une des mesures dont nous avons d

iscuté ““ avec des réductions d’impôt historiques. Il y aura beaucoup d’autres changements de ce type. Nous devons démarrer la machine. Mais cela n’enlève en rien le fait de l’importance de notre entrée dans l’OCDE. «

Lire l’article complet sur ambisrael.wordpress.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.