Histoire d’une Hanoukia

Dans moins d’une semaine, le peuple juif célébrera, par l’allumage des bougies, une victoire remportée par les Maccabées sur l’occupant grec en terre d’Israël. Et à cette occasion, une famille juive israélienne marque l’événement avec une Hanoukia qui rappelle un fait historique, celui de l’avènement du nazisme en Allemagne. Et ceci grâce à une photo d’un chandelier placé selon la tradition devant la fenêtre, prise en 1931 dans la ville de Kiel par la femme du docteur Aquiba Barouch Pozner. Derrière la Hanoukia, on aperçoit nettement un drapeau déployé dans la rue, marqué de la croix gammée, symbole du nazisme. Au dos de la photo, Mme Pozner avait écrit : « Juda va à sa perte, dit le drapeau, mais Juda vivra éternellement, lui répond la lumière ». C’était deux ans avant la montée au pouvoir de Hitler. Le Rav Pozner, qui dirigeait la communauté locale, a échappé à la Shoah en quittant sa ville après avoir été malmené par des soldats nazis. Avant de partir, il a tenté de convaincre ses voisins de suivre son exemple mais qui pouvait imaginer, à part quelques personnes lucides, l’horreur que devait subir le peuple juif. La famille Pozner est ensuite partie en Belgique, en emportant la Hanoukia, et un an plus tard, elle est montée en Eretz Israël. Ce chandelier a, bien plus tard, été récupéré par les descendants du Rav Pozner, qui le considèrent comme le symbole de la résistance spirituelle juive. Ces derniers l’ont ensuite donné au mémorial de la Shoah de Yad Vashem à Jérusalem où il est exposé tout au long de l’année. Mais quand arrive la fête de Hanouka, un petit-fils du Rav Pozner, Yehouda Menzbach, vient le récupérer pour l’emporter chez lui à Bet Shemesh et l’allumer pendant les huit jours que dure la fête. Venu ce mercredi à Yad Vashem pour prendre cet objet de culte, il a précisé qu’il s’agissait pour sa famille d’une pièce extrêmement précieuse, d’une valeur historique inestimable, « symbolisant l’avenir des Juifs sur la terre d’Israël ». Le directeur de Yad Vashem, Avner Shalev, a précisé que cette Hanoukia faisait partie d’une collection d’objets qui, par milliers, avaient été confiés au mémorial par des rescapés de la Shoah afin qu’ils soient conservés à jamais.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.