Londres plus critique à l’égard d’Israël ?

La Reine Elizabeth II d’Angleterre et son mari, le prince Philip, ont entamé mercredi une visite de cinq jours dans le Golfe persique où ils ne s’étaient pas rendus depuis 1979, c’est-à-dire depuis plus de trente ans. Leur première étape était Abou Dhabi. Pendant leur séjour, ils iront également à Oman, et participeront aux festivités organisées à l’occasion du 40 e anniversaire de l’avènement au pouvoir du sultan Qabus ibn Said. Commentant cette visite, le Daily Telegraph cite dans ses colonnes, jeudi matin, les propos de fonctionnaires du ministère britannique des Affaires étrangères qui ont indiqué que le gouvernement du Royaume-Uni envisageait d’adopter une attitude plus dure à l’égard d’Israël afin de pouvoir améliorer ses rapports avec les pays du Golfe. Selon cette source, le chef de la diplomatie britannique William Hague considérerait comme prioritaire de renforcer les liens de son pays avec les émirats arabes et œuvrerait donc en ce moment pour s’en rapprocher en tentant de favoriser les relations diplomatiques et les échanges commerciaux entre l’Angleterre et les Etats du Golfe. Un diplomate britannique a expliqué la situation en disant que l’Angleterre devait pour cela être à l’écoute des pays du Golfe. Et d’ajouter : « Si nous souhaitons une coopération de longue durée dans le cadre de notre politique étrangère, nous devons modifier certaines de nos positions ». Pour le journal, le diplomate faisait notamment allusion au soutien traditionnel qu’ont toujours apporté les gouvernements britanniques à Israël. Et on ressentirait déjà les effets de ces changements depuis que le parti conservateur a pris le pouvoir à Londres. Des diplomates britanniques auraient en outre estimé que la deuxième guerre du Liban, en 2006, l’opération Plomb Durci en 2008, et « la poursuite de l’occupation et de la politique d’implantation » avaient incité les extrémistes islamistes opérant dans le Golfe à multiplier leurs actions contre les régimes pro-occidentaux. Par ailleurs, la Grande Bretagne voudrait avoir des liens plus étroits avec l’union des émirats arabes face à la menace iranienne. Et puis, elle souhaite également avoir de bons rapports avec ces pays où vivent plus de 100 000 sujets britanniques et où stationnent d’importantes forces britanniques et américaines.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.