Iran : un expert nucléaire assassiné, un autre blessé à Téhéran

Alors que le monde entier est focalisé sur les révélations du site américain WikiLeaks, concernant notamment les capacités balistiques de l’Iran pouvant atteindre l’Europe de l’Ouest, et les demandes formulées aux Américains par les rois d’Arabie en 2008 et du Bahreïn en 2009 pour frapper l’Iran, Téhéran vient d’être secoué par deux attentats visant, à juste titre, deux experts nucléaires. Selon les agences de presse, confirmées par la télévision iranienne ” Al Alam “, un professeur universitaire spécialisé dans le nucléaire a été tué ce matin, dans l’explosion de sa voiture à Téhéran. Son épouse a été blessée dans l’attentat. Quelques instants plus tard, un autre expert nucléaire et son épouse ont été blessés dans une deuxième explosion. Peu d’informations sont à disponible à ce stade, tant concernant l’identité des victimes, que celle des commanditaires des attaques et des exécutants. Mais il est légitime de lier ces attentats aux révélations du site américain qui, bien que leurs demandes n’aient pas été satisfaites, met les monarchies du Golfe dans l’embarras. Les relations entre les deux rives du Golfe, avant les révélations, ne seront plus les mêmes au lendemain de ces divulgations. Pire encore, l’Iran pourrait vouloir se venger. Est-ce les assassinats commis ce matin à Téhéran font-ils, à cet égard, un coup préventif contre la République islamique ? Sans doute, l’avenir très proche nous le dira. A cet égard, il y a une forte chance que cet avenir s’exprimera au Liban, à travers le Hezbollah et sa très probable guerre préventive contre le Tribunal international pour le Liban. Le TSL s’apprête en effet à publier son acte d’accusation qui, selon plusieurs sources, désignerait plusieurs membres du parti de Dieu dans l’assassinat de Hariri. Or, Hassan Nasrallah a réitéré hier dimanche son refus du TSL, accusant ” Israël d’avoir violé les télécommunications libanaises de façon à introduire, dans les bases de données, de fausses informations susceptibles de dévier l’enquête du TSL “. Nasrallah a mis en garde contre une phase de grande instabilité qui succèdera à l’acte d’accusation, ” car les dirigeants libanais perdront le contrôle de la situation “. Il s’agit en fait d’une menace à peine voilée et d’une intimidation supplémentaire adressées à l’Etat libanais et au gouvernement de Saad Hariri afin de couper toute relation avec la justice internationale pour avoir la paix et la stabilité. Au final, si Hariri s’exécute, il aura perdu la justice sans aucune garantie de retrouver la paix. Nasrallah a également appuyé la médiation syro-saoudienne pour trouver une issue à la crise. Or, l’Arabie, qui a demandé à Washington de frapper l’Iran, perd de facto la confiance de Téhéran, de Damas et du Hezbollah. Comment peut-on encore compter sur sa médiation ? Chawki Freïha © . toute utilisation, merci de toujours mentionner la source ” MediArabe.info “

Lire l’article complet sur MediArabe.info

Share This
279 0 Nov 29, 2010

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.