Des villages évacués

Les victimes de l’incendie qui s’est produit mercredi sont des officiers des services pénitentiaires qui étaient en route pour la prison de Damon, dans la région du Carmel. Ils ont été surpris entre Beth-Oren et leur lieu de destination. Toutes les familles des victimes n’ont pas encore été contactées. Plusieurs localités sont isolées du reste de pays, l’électricité et les lignes téléphoniques ayant été touchés. Les blessés ont été dans un premier temps accueillis dans un camp de secours établi près des écuries du kibboutz Beth-Oren qui, après le transport des victimes vers les hôpitaux, s’est trouvé lui-même menacé, et ses quelque quatre-vingts habitants ont dû être évacués dans l’après-midi. L’un des habitants témoigne: «Nos maisons commencent à brûler et c’est bien triste. Beaucoup de psychologues et d’assistants sociaux sont arrivés pour soutenir les habitants. Les nouvelles sont loin d’être réjouissantes. Les gens voient à la télévision leur maison en flammes et pleurent. Mais le principal, c’est que la direction du kibboutz a réagi efficacement et rapidement pour nous mettre à l’abri». Le chef du Conseil régional du littoral du Carmel, C. Séla, s’explique: «Dès que nous avons appris ce qui se passait, nous nous sommes préparés à accueillir les enfants des crèches et les habitants qui se trouvaient chez eux. Les élèves des écoles et lycées, et les gens qui travaillent dans la région doivent bientôt les rejoindre», a-t-il déclaré en fin d’après-midi. Un autre habitant, interrogé par le site Ynet, a relaté s’être déjà trouvé dans des situations semblables deux fois en trente ans, et qu’il était confronté à sa troisième expérience: «Le processus d’urgence a été mis en place dès que les flammes sont devenues importantes sur la colline du Carmel. Les écoles où sont scolarisés les enfants de un an à six ans ont procédé au programme d’évacuation. Beaucoup habitent à Haïfa, et leurs parents sont venus les reprendre assez rapidement.» La menace s’est rapidement répandue sur d’autres localités, dont Guivat Wolfson, qui s’est retrouvée également sans lignes téléphoniques. Ce village se trouve non loin de Beth-Oren. Vers 19h, la police a décidé de faire évacuer les localités de Nir-Etzion, de ‘Ein-H’od et de ‘Ein-Od. A Yemin-Ored, l’internat a été également évacué. Il en est de même pour l’université de Haïfa, que les étudiants ont quittée en début de soirée. Le Fonds National Juif (KKL) a qualifié cet incendie de catastrophe nationale. Le directeur régional a déclaré: «Le feu continue à s’étendre à cause des vents, de la sècheresse extrême, de la topographie accidentée et de l’épaisseur des forêts.» Entretemps, plus de 6000 km 2 de forêts naturelles ont été détruites. Les flammes, en fin de journée, étaient visibles à des dizaines de kilomètres à la ronde. Le Premier ministre à fait appel à l’aide internationale, après la décision prise par le commandement de Tsahal de porter secours à la région sinistrée. La Grèce a répondu à l’appel. Le Premier ministre grec a convenu avec Netanyahou que son pays allait dépêcher quelques avions de type ABE (bombardiers d’eau). Le président de Chypre lui a promis qu’il allait mettre à la disposition d’Israël l’unique avion anti-incendie dont il dispose.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.