Conseil des ministres solidaire à Tirat Hacarmel

Le gouvernement a tenu sa réunion hebdomadaire à Tirat Hacarmel pour marquer sa solidarité avec la population du nord du pays où un immense incendie a déjà ravagé des dizaines de milliers de dunams. Les ministres ont d’abord observé une minute de silence en souvenir des 41 victimes de cette catastrophe. Puis Binyamin Netanyahou a pris la parole pour indiquer, avant toute chose, que tout serait mis en œuvre pour apporter des solutions immédiates aux familles dont la maison avait été détruite. Le Premier ministre a également évoqué les difficultés que rencontraient encore les pompiers sur place. Rappelons que ces derniers, aidés d’importantes unités de secours venues de l’étranger, n’ont pas encore réussi à maîtriser les flammes dans tous les foyers. L’immense supertanker devant déverser des tonnes de liquides pour l’extinction des feux vient d’arriver sur les lieux de la catastrophe. Netanyahou a salué l’action des forces sur place, qualifiant leur travail de « sacré ». Il a ensuite répété qu’Israël pouvait solliciter sans honte de l’aide extérieure et a souligné que seules des opérations aériennes étaient à ce stade efficaces pour circonscrire l’incendie. Donnant encore des précisions sur les moyens mis en œuvre pour venir à bout du sinistre, Netanyahou a indiqué : « Nous avons mobilisé 30 avions étrangers, et le Supertanker que nous avons loué doit entrer incessamment en action. J’espère que nous pourrons ainsi éteindre tous les foyers ». Il est clair pour tout le monde que ce n’est pas le moment d’émettre des critiques et de réclamer une enquête, comme certains le souhaitent déjà. Toutefois, le ministre de l’Intérieur Eli Ishaï, blessé par certaines remarques émises à son encontre, a tenu à souligner qu’une commission, nommée plus tard, ferait la lumière sur les circonstances de cette tragédie et « trouverait les véritables coupables ». Il a estimé que les forces de secours d’Israël n’étaient pas en mesure, à l’heure actuelle, de faire face seules à ce genre de catastrophe. Le ministre du Tourisme, Stas Misezhnikov, (Israel Beteinou) a demandé que la région du Carmel soit déclarée « zone sinistrée » afin que ses résidents touchent le plus tôt possible leurs indemnités. Il faut également, selon lui, évaluer les pertes des propriétaires de chambres d’hôtes (zimerim) et des agriculteurs. Et d’affirmer : « La population (du Nord) doit savoir qu’elle n’est pas seule et le Trésor doit déjà prévoir de lui verser des dédommagements ». Ouzi Landau, du même parti, a estimé qu’il fallait trouver les coupables. Mais il s’est exprimé contre la formation d’une commission d’enquête. Juste avant la réunion du gouvernement, le ministre de la Défense Ehoud Barak s’est rendu dans la localité de Bet Oren, touchée par le feu, et a été impressionné par l’ampleur du désastre. Au cours de sa visite, il a promis aux habitants que l’Etat couvrirait tous les frais nécessaires pour la reconstruction des maisons détruites, qui ne seraient pas remboursés par les Assurances nationales (Bitouah Leoumi).

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.