Pollard reçoit de la visite

Le Rav Aviner, connu en tant que l’un des plus éminents rabbins du sionisme religieux, et auteur très prolifique, recteur de l’école talmudique Atéreth Jérusalem, et rabbin en titre de la localité de Bet-El, s’est rendu dans la forteresse américaine, dans laquelle Jonathan Pollard purge la réclusion à perpétuité, oublié dans sa geôle par le Premier ministre israélien, qui, lors de sa visite officielle voici un mois, n’a pas pris dans ses bagages la pétition signée par 109 députés en faveur de se libération. Le Rav Shlomo Aviner a relaté sa visite sur les ondes de la chaîne Moréchète de Kol Israël, à l’occasion de son émission hebdomadaire. Il a rapporté qu’après sa rencontre avec le prisonnier de Sion, il a pu apprécier ses qualités humaines, qui sont bien supérieures à l’idée qu’il s’en faisait avant de s’entretenir avec lui: «Il n’a pas parlé de ses souffrances, alors qu’il souffre réellement. Il est en prison depuis vingt-cinq ans et souffre de maladie chronique. Il est essentiellement préoccupé par la situation du peuple d’Israël. Il est amoureux du peuple d’Israël jusqu’au plus profond de son âme. Il m’a dit: « Je dois absolument sortir d’ici, car de dures épreuves attendent le peuple d’Israël. Je veux donner à Israël ce que je peux pendant ces instants décisifs. » Il est très peiné que le gouvernement n’ait pas exigé de l’Administration américaine sa remise en liberté. Il souffre encore davantage du manque de fraternité au sein du peuple.» Le Rav Aviner a pu rester en compagnie de Pollard, condamné pour espionnage, pendant près de deux heures. Il a emprunté, en compagnie d’un autre rabbin, le Rav Pessah Lerner, un avion privé mis à sa disposition par un mécène. La rencontre devait se tenir entre 12h et 14h, mais une avarie les a obliger à rebrousser chemin et à atterrir. Le mécène a donc aussitôt loué un autre appareil pour leur permettre d’effectuer cette visite. Malgré un retard d’une heure et demie, les services pénitentiaires leur ont permis de reporter leur visite qui s’est tenue de 13h30 à 15h30. Le Rav a ajouté: «Il fait preuve d’abnégation en faveur de notre peuple. Il m’a expliqué qu’il ne voulait pas être libéré dans le cadre d’un échange qui mettrait des terroristes en liberté, ou contre une interdiction de construire imposée aux Juifs.» Pollard lui a demandé de planter pour lui un arbre fruitier sur la terre d’Israël. Il a défini ce geste comme un «acte important». Le Rav a accepté cette requête et lui a promis d’appeler les habitants d’Israël à en faire autant pour le prochain nouvel an des arbres, ou même avant. Pollard connait l’actualité d’Israël sur le bout des doigts. Les lettres qui lui parviennent sont pour lui une bouffée d’oxygène: «Les lettres qu’il reçoit sont l’oxygène qui le fait vivre. Je lui envoie chaque vendredi une carte postale dans mon anglais hésitant. Une lettre rédigée dans un parfait anglais serait artificielle, alors que, bourrée de fautes, on comprend qu’elle provient du fond du cœur.»

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

1 comment

  1. Akerman Michel Netanya

    IL FAUT maintenant que Hussein Obama le fasse sortir !
    Cette tragédie est une honte pour les gouvernements qui depuis 25 ans se sont succédés, de droite ou de gauche, à la tête de notre pays. Honte aussi à nos “amis” américains qui maintiennent toujours dans des conditions immondes Jonathan Pollard qui n’a fait qu’aider Israël comme les Etats-Unis s’y étaient engagés.
    Hag Hanoucca Saméah !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.