Des parlementaires européens soutiennent la Samarie

On n’avait jamais vu une délégation aussi impressionnante de délégués européens effectuer une visite en Samarie en n’étant pas animée d’intentions hostiles à l’encontre des habitants juifs des régions libérées lors de la guerre des Six Jours. Les trente-cinq personnalités politiques sont membres des parlements de différents pays, comme l’Autriche, l’Allemagne, l’Italie, la Belgique, l’Angleterre et la Suède. Certains sont probablement les futurs ministres des prochains gouvernements de leurs pays respectifs. Le point de ralliement idéologique qui a rassemblé ces parlementaires consiste en la condamnation de l’antisémitisme, le soutien à l’Etat d’Israël, mais aussi la vigilance vis-à-vis de la montée de l’islamisme en Europe. La plupart des invités sont catholiques, et quelques-uns sont juifs. Parmi les invités de marque qui se sont rendus lundi en Samarie, on distingue le chef de l’opposition autrichienne, Heinz Strache, qui pourrait bien être le prochain chancelier dans son pays; René Stadtkewitz, directeur du parti de la liberté en Allemagne; Filip Dewinter, l’un des dirigeants belges du parlement et du parti flamand de son pays; le directeur de la commission suédoise des Affaires étrangères du parlement suédois; ou encore C. Dietrich, l’une des dirigeantes du parti populaire suisse. Le président de l’académie autrichienne faisait lui aussi partie de la délégation, de même que Claus Pandi, éditorialiste du Kröne Zeitung, grand journal suédois. Le président du Conseil régional de Samarie, Guershon Messika, a pris la parole: «Les membres des parlements en visite en Samarie comptent parmi les combattants de l’islam extrémiste et de la propagation des mouvements terroristes en Europe. De plus, ils soutiennent ouvertement l’Etat d’Israël. Nous leur montrons ici l’importance que revêt la Samarie pour notre pays, aussi bien en tant que berceau de la civilisation juive, qu’en tant que ceinture de sécurité de l’Etat d’Israël. Les Européens doivent comprendre que sans l’Etat d’Israël, personne n’arrêtera le raz-de-marée islamiste qui cherche à balayer l’Europe. Or, sans la Judée et la Samarie, l’Etat d’Israël ne peut être viable.» Une visite guidée par le directeur du département des relations extérieures du Conseil régional de Samarie, David Haïvri, et en compagnie de l’ancien député Elyakim Aetzni, leur a fait découvrir la zone industrielle de Barkan, ou encore la localité d’Elon Moré. Ils ont pu constater de visu l’incroyable proximité des grandes agglomérations de la côte israélienne. Ils ont ensuite été reçus par le directeur du Comité des habitants juifs de Samarie, Benny Katzover, puis par le Rav Eliézer Melamed, d’Har Berakha, dont le contrat qui liait son école talmudique à l’armée fut résilié par le ministre de la Défense, Ehoud Barak. Le Rav Melamed leur a déclaré: «Le retour de la présence juive dans cette région est miraculeuse, la terre attendait notre retour et, à présent, la prospérité est au rendez-vous. Nous nous développons et nous épanouissons exactement comme l’ont décrit les prophéties bibliques.» Benny Katzover a expliqué à ses invités: «D’ici, on peut se faire une idée réelle de l’importance de la terre d’Israël pour le peuple juif. Ceux qui, en Europe, poussent à la création d’un Etat « palestinien », doivent comprendre que leur démarche signifierait une rupture du cœur de la terre d’Israël et une menace d’expulsion pour 300000 Juifs. Si nous sommes chassés, le terrorisme prendra notre place. A cause des messages biaisés transmis par les médias, personne ne connaît la réalité.» Il leur a demandé d’encourager d’autres parlementaires et hommes de médias à se rendre sur les hauteurs de la terre d’Israël, en Samarie. Après le repas, une conférence de presse s’est tenue en présence de médias israéliens et d’autres pays. Les parlementaires ont alors pris la parole. Filip Dewinter a fait part de son sentiment: «Contrairement à notre première impression et à l’idée que nous nous faisions avant d’arriver ici, qui consistait à considérer la présence juive comme provisoire, nous constatons immédiatement, une fois sur place, que cette présence y est irrévocable, et qu’elle doit persister, pas seulement pour des considérations historiques, mais aussi pour des raisons géopolitiques et sécuritaires, car, comme nous l’avons nous-mêmes constaté, ces montagnes protègent Tel-Aviv.» Le chef du parti allemand de la liberté a remercié les habitants de la Samarie de l’avoir invité: «Nous sommes heureux de pouvoir constater et nous instruire sur le terrain, pour voir la réalité comme elle est. Les médias européens penchent à gauche et ne sont pas objectifs, c’est pourquoi nous sommes obligés de venir ici pour nous rendre compte que cette terre appartient au peuple juif. Nous promettons de conserver ces impressions et de les faire partager à un maximum de gens. Nous espérons qu’il sera possible d’apporter un changement politique découlant de tout ce que nous avons vu. » Le délégué suédois s’est exprimé ainsi: «La Suède a la réputation de ne pas être amicale envers Israël. Mais le parlement a récemment cessé d’être anti-israélien. Nous sommes tous confrontés à la menace musulmane. Ici, c’est la patrie des Juifs pour des raisons historiques et morales. Nous aspirons à une amélioration des relations entre nos deux pays.»

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.