Nouveaux contacts Israël-Turquie

D’après le quotidien Israel Hayom, le cabinet du Premier ministre aurait pris contact avec le gouvernement turc en vue de mettre un terme à la crise qui oppose les deux pays. On se souvient que les tensions, déjà assez sérieuses entre Israël et la Turquie, s’étaient encore aggravées lors de l’arraisonnement de la fameuse flottille en direction de Gaza, en mai dernier. A l’époque, Israël avait subi de vives critiques de la Turquie, et d’autres pays dans le monde, et avait été accusé à tort d’avoir tué délibérément des militants humanitaires turcs alors qu’il était clair que ces derniers, avec d’autres passagers à bord du Mavi Marmara, cherchaient l’affrontement. Jusqu’à maintenant, le Premier ministre avait toujours refusé de présenter ses excuses pour ces graves incidents, comme l’exigeait le gouvernement d’Ankara. Mais aujourd’hui, si l’on en croit certaines sources diplomatiques, Netanyahou aurait « assoupli » ses positions et chercherait à présent les moyens de renouveler les relations avec la Turquie. Cette information a été communiquée par la chaîne télévisée américaine en langue arabe Al Houra, qui a indiqué que les deux pays étaient proches d’une réconciliation. Mais pour cela, Netanyahou se serait engagé à présenter des excuses publiques au peuple turc pour les événements du Mavi Marmara. Pourtant, juste après cet épisode, le Premier ministre avait exprimé ses regrets pour les pertes en vies humaines mais avait souligné que « ceux qui avaient attaqué les soldats israéliens étaient responsables des violences » et avait refusé de s’excuser. Il faut aussi savoir que le délégué israélien à la commission d’enquête de Genève sur la flottille, Yossef Chahnover, s’est entretenu ave le directeur du ministère turc des Affaires étrangères pour tenter de régler les dissensions entre les deux pays. Israël avait envisagé, pour calmer le jeu, de présenter ses excuses à l’Onu et non pas directement aux Turcs mais les Turcs n’auraient pas encore répondu favorablement à cette proposition. Pour certains, l’aide apportée par ce pays pour lutter contre le feu faisant rage dans le Nord d’Israël pourrait contribuer aux efforts déployer pour dénouer cette crise. Mais le Premier ministre, interrogé lundi sur la question, a refusé de répondre. De toute façon, si Netanyahou accepte finalement de s’excuser, il adoptera une attitude contraire à celle du ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman qui risque de prendre très mal cette démarche. Lieberman porte un jugement sévère sur les Turcs : il est convaincu qu’ils tentent d’imposer leur influence sur le Proche-Orient et qu’ils ont besoin de l’appui d’Israël. Par ailleurs, il a déjà rappelé les courants islamistes de plus en plus radicaux en Turquie qui menacent de plus en plus Israël.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.