Réaction du Rav Drukman

Le Rav Drukman, qui est l’une des figures de proue du judaïsme sioniste, n’a pas voulu signer la lettre des autorités rabbiniques municipales, qui ont répondu à des particuliers de plus en plus nombreux face à la montée en force des acquisitions par la minorité arabe d’appartements dans des localités juives en Israël. Si, au niveau national, les Arabes représentent un peu plus de 20% de la population du pays, ils avoisinent les 50% de la population dans le Nord. Les Juifs quittent certaines villes dans lesquelles ils ne se sentent plus à l’aise. Kiryat Wolfsohn à Acco, Natzrat Illit, et certains secteurs de la ville de Haïfa sont désertés par des Juifs qui se retrouvent en minorité dans leur propre quartier. Beaucoup rapportent qu’ils sont sollicités par des acquéreurs arabes prêts à reprendre leur appartement en liquide, à un montant qui leur permettra de se réinstaller dans une autre ville. La location, bien que concernée par la lettre, est peu effective, les propriétaires craignant de n’avoir aucun recours en cas de cessation de payement de la part d’un locataire, dans une zone qui risque de ne plus être sûre. Interrogé sur la radio de Tsahal, le Rav Drukman a défini le fond de sa pensée. «Je refuse de signer une lettre qui considère de la même façon tous les Arabes en tant que tels. En tant qu’Etat juif, nous devons donner l’exemple. Mais ici, nous sommes confrontés à un véritable problème. Nous sommes soumis à des pressions exercées par des entités hostiles ou ennemies qui ont recours à l’argent pour imposer le « droit du retour » auquel notre pays est radicalement opposé. Un Arabe est prêt à mettre deux-cent cinquante mille dollars de plus que la valeur réelle du bien immobilier. Cela répond à une volonté de prendre le pouvoir dans les localités que nous habitons, et nous devons nous défendre. Nous n’avons rien contre les non-Juifs, mais ici les Arabes cherchent à nous renvoyer de notre terre.» «Nous n’avons pas le droit de fermer les yeux et de faire comme si de rien n’était. Je suis absolument contre toute atteinte portée à la dignité d’un quelconque être humain. Mais dans le sujet qui nous concerne, il ne s’agit pas de racisme. Nous ne nous installons pas à Taiybé, ni dans d’autres lieux où ils habitent. Notre pays doit faire en sorte que les Arabes puissent vivre convenablement et dans la tranquillité, comme il le fait en général pour tous ses citoyens. Mais il n’a pas le droit de les laisser s’emparer de nos cités.» En outre, des pressions ont été exercées contre des rabbins, suite à la publication de la réponse concernant la halakha sur les ventes d’appartements. Dans le même temps, trois rabbins ont été convoqués par la police à la suite d’une ordonnance halakhique qui a suivi le sanglant attentat de l’académie talmudique Mercaz Harav, de Jérusalem, quand un employé arabe s’est servi d’une arme automatique pour massacrer les élèves qui étudiaient dans la grande salle de l’institution. 8 adolescents avaient été tués par balles, avant la neutralisation du criminel. Les rabbins inquiétés avaient alors décrété qu’il ne fallait pas faire confiance à des employés ennemis, et qu’il n’était par conséquent pas possible de les engager. Les rabbins interpellés, résidant en Samarie, sont le Rav Eliyakim Levanon, recteur de l’école talmudique d’Elon Moré, près de Sichem ; le rabbin de la localité d’Itzhar, le Rav Dadiv Doudkevitz, et le rabbin de Shavé-Shomron, le Rav Yéochoua Smidt. Ils ont déclaré qu’il s’agissait là d’une tentative sans précédent d’intimidation et de dégradation de la dignité humaine. «Donner du travail à des ennemis conduit à des résultats tragiques, avaient-ils rédigé dans leur ordonnance halakhique. Nous n’emploierons pas d’ennemis, nous n’achèterons rien d’eux, et nous ne les introduirons pas dans nos demeures.» Ils qualifient la convocation d’intimidation qui n’a rien à envier aux poursuites jadis traditionnelles en l’Union Soviétique.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.