Hillary Clinton veut discuter des frontières

Lors de son intervention, samedi soir, devant le congrès du Centre Saban pour la politique du Moyen-Orient, la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a notamment déclaré que les Etats-Unis continueraient à pousser Israël et l’AP à reprendre les pourparlers de paix. Elle a ensuite adressé un appel aux deux camps, leur demandant d’entreprendre une démarche qu’ils avaient évitée jusqu’à présent, à savoir d’aborder les questions liées au cœur du conflit. Dans son discours, Clinton a veillé à livrer un message « équilibré », selon les termes de la presse, c’est-à-dire en claire qu’elle n’a pas voulu donner l’impression de favoriser un camp au détriment de l’autre. Elle a donc déclaré d’une part que les démarches unilatérales du Conseil de Sécurité s’avéraient inefficaces mais a prétendu d’autre part que les « provocations » israéliennes dans les quartiers Est de Jérusalem « ne contribuaient pas à créer un climat favorable ». Après cette entrée en matière, elle a ajouté qu’Israël et l’AP devaient se montrer « suffisamment courageux pour prendre des décisions déterminantes concernant le cœur du conflit, en commençant par discuter des frontières ». Pour le moment, l’entourage de Netanyahou garde prudemment le silence. Mais le ministre Sylvan Shalom a quand même réagi pour dire qu’il ne fallait à aucun prix que les négociations se concentrent uniquement sur la question des frontières. Shalom a encore estimé que les Palestiniens feraient tout pour éviter les pourparlers directs, lorsqu’ils auraient compris que dans un tel dialogue, ils seraient contraints de « faire des concessions ».

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.