L’Iran pourra fabriquer une bombe nucléaire dans trois mois

Selon des informations confirmées par les services israéliens, l’Iran a constitué un stock de 23 kilos d’uranium enrichi à près de 20% et sera en mesure de d’en avoir 28 kilos d’ici le mois de février 2011, obtenant ainsi la quantité d’uranium nécessaire à la fabrication d’une bombe nucléaire. Cette information est confirmée par le chef de l’Agence iranienne de l’énergie atomique, Ali Akbar Salehi , qui a précisé que ce lot provenait de la mine de Gachin , au sud du pays. Les dirigeants de la République islamique se félicitent du résultat obtenu malgré l’arrêt de l’usine d’enrichissement de Natanz en novembre à la suite de l’infection du virus Stuxnet  et en dépit de l’assassinat du professeur Fereydoun Abbassi, l’un des spécialistes iraniens de la séparation des isotopes. Ils ont réussi à mener leurs opérations à terme et ont tenu à ce que cela se sache. Une information notamment destinée aux cinq membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU et à l’Allemagne, les six Grands qui mènent les négociations avec Téhéran sur son programme nucléaire. Le dernier round de deux jours s’est terminé, sans surprise, le 7 décembre à Genève sur aucun résultat tangible. Les pourparlers reprendront fin janvier à Istanbul et n’aboutiront à rien puisque la seule chose que Téhéran cherche et réussit à faire et de gagner du temps pour rendre son programme irréversible. Ce qui est peut-être déjà le cas. Dans ces conditions, le gouvernement israélien se trouve aujourd’hui devant des décisions de plus en plus difficiles face à ce qu’il considère comme une menace pour l’existence même de l’Etat hébreu. Et il se heurte dans le même temps à l’administration Obama, frustrée de l’absence de tout progrès dans les négociations israélo-palestiniennes, et qui semble incapable de choisir une stratégie et de s’y tenir face à la République islamique. Le premier ministre israélien a pris l’engagement à plusieurs reprises de s’opposer à la nucléarisation de l’Iran. Il est attendu de pied ferme par son aile nationaliste qui lui reproche sa faiblesse vis-à-vis de l’administration américaine et d’avoir déjà perdu beaucoup de temps. Benjamin Nétanyahou n’a cessé d’expliquer aux américains que les sanctions n’ont aucun effet et qu’elles ont poussé les iraniens à concentrer tous leurs moyens et leurs

Lire l’article complet sur slate.fr

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.