La reconnaissance d’un Etat palestinien : prématurée, légalement invalide, et minant la bonne foi des négociations, Alan Baker

Ou comment le Brésil et l’Argentine contredisent leurs engagements explicites de 1967 : toute frontière devra le fruit d’un libre accord basé sur le bon voisinage et les procédures de règlement pacifique suivant la Charte des Nations Unies. – Les actes de reconnaissance d’un Etat palestinien dans les « frontières de 1967″ par le Brésil, l’Argentine, et potentiellement d’autres pays d’Amérique latine, n’ont pas d’autre signification que l’expression politique d’une opinion. ” Ces actes de reconnaissance vont à l’encontre des déclarations brésiliennes et argentines au Conseil de sécurité des Nations Unies en 1967, en faveur de frontières librement négociées par les parties et d’un processus de paix soutenu internationalement ainsi que le promeut la résolution 242. – Les efforts incessants du leadership palestinien pour obtenir des Etats la reconnaissance unilatérale de la Palestine dans « les frontières de 1967″, et ainsi pour contourner le processus accepté de négociations, vont à l’encontre de leurs engagements envers les accords passés avec Israël, accords dont les membres de la communauté internationale sont les témoins et les garants.

Lire l’article complet sur ambisrael.wordpress.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.