La grève des juristes frappe encore

Trente-cinq individus suspectés d’avoir commis des fautes graves ont été remis en liberté en raison de la grève des juristes. Le chef du secteur des enquêtes a vivement critiqué l’attitude des fonctionnaires: «Ils mettent en danger la paix sociale et ses biens». Les personnes relâchées trempent dans des affaires de trafics armes et de drogues, d’agressions en tous genres, de violences et de cambriolages.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.