«Il est impossible de pardonner»

Jamil Adess, l’un des trois suspects arabes accusés du meurtre d’Arik Karp, frappé à mort l’an dernier sur une promenade de Tel Aviv, a prétendu regretter son acte lors d’une audience du tribunal, mercredi matin, et a présenté ses excuses à la veuve de la victime. Il a déclaré: « Je n’avais pas l’intention de le tuer, je ne l’ai pas fait ». Les deux autres prévenus n’ont pas bronché en entendant les excuses de leur camarade qui présentent d’ailleurs une certaine contradiction. D’après l’acte d’accusation déposé au tribunal en novembre dernier, les trois hommes ont assassiné Arik Karp sans qu’il y ait eu au préalable la moindre altercation. Il est notamment spécifié qu’ils ont agi de sang froid, manifestant ensuite une indifférence totale vis-à-vis de l’acte qu’ils venaient de commettre. Sarah Karp a réagi avec colère aux déclarations du prévenu, affirmant qu’elle n’acceptait pas ses excuses. « Il est impossible de pardonner un tel acte; il a tué mon mari, qui se trouvait près de moi, de sang froid. Il savait parfaitement ce qu’il faisait et il ne l’a pas laissé avant de l’avoir égorgé ». Elle a ajouté qu’il n’était pas ivre au moment des faits et était venu pour tuer.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.